Chapitre 5 – L’éducation du cocker

CHAPITRE 5

 

L’ÉDUCATION DU COCKER

 

Il faut maintenir l’aptitude du cocker à la chasse. Le jeu prépare les chiens à la vie.

l’agility, lieu de cocker !

Ma philosophie, depuis longtemps maintenant, consiste à m’adapter au mécanisme normal, ancestral, du canidé en géné­ral, et de chaque race en particulier.

Pour le cocker, sachant qu’il s’agit ici d’un animal très énergique de chasse en terrains broussailleux et à l’eau, donc dans des endroits où le maître ne se déplace pas facilement, il faut au départ mettre sur pied les trois contrôles de base qui font un bon chien de chasse.

Ils valent d’ailleurs, à des degrés divers, pour tous les chiens, même s’ils ne pra­tiquent jamais la moindre activité physique.

Il s’agit, primo, du contrôle de loin, le coucher pas bouger, secundo, du contrôle de près, la marche au pied, puis, tertio, du contrôle entre les deux, le rappel au galop.

Ces trois exercices doivent être réussis n’importe où, n’im­porte quand, et le maître doit les obtenir en l’absence de son conseiller dressage, éducateur canin ou dresseur.

Si le maître n’est pas, n’importe où et n’importe quand, capable d’obtenir de son chien la marche au pied, le rappel, et le coucher, on peut dire qu’il ne contrôle pas son chien.

Parfois, le chien possède un caractère facile, et le maître a entrepris dès les pre­miers âges de l’animal l’éducation de base. Là, généralement, tout va bien.

Mais, si l’animal est rétif, si on a mis en route son éduca­tion trop tardivement et trop malhabilement, il vaut mieux alors avoir recours aux ser­vices et aux conseils d’un spécialiste confirmé.

Les exercices de base

Commencez par le « coucher ». Vous mettez votre chien en laisse, vous vous accroupissez en lui disant « couché ». Si le chien ne veut pas obéir, obligez-le gentiment à s’allonger sur le sol.

Dès qu’il le fait, caressez-le, et relâchez votre pression en disant « allez va jouer ». Tôt ou tard, et il vous faudra quelquefois beaucoup de temps, votre chien se couchera lorsque vous lui direz « coucher ».

Pour la « marche au pied » auprès de vous, là encore mettez votre chien en laisse. S’il reste contre vous, caressez-le abondamment. Peu à peu, réservez cette caresse au moment où votre chien posera sa joue sur votre cuisse gauche. De cette manière petit à petit vous aurez un chien qui avec plaisir restera contre vous.

Pour le « rappel », la solution la plus simple consiste, à chaque fois que votre chien revient vers vous, à lui dire son nom puis votre ordre, par exemple « Max, viens ! » Comme il est en train de venir vers vous, complimentez-le abondamment.

Un jour, vous direz « Max viens ! », et Max arri­vera au galop.

Félicitez abondamment le chien pendant qu’il revient. Caressez-le avec grand bonheur, grand plaisir, et grandes démons­trations de satisfaction, lorsqu’il se colle enfin contre vous.

Ne commettez pas l’erreur d’essayer de l’attraper au vol s’il s’arrête à un mètre de vous.

Au contraire, reculez-vous pour qu’il termine de lui-même ce mouvement.

Ainsi à condition d’y mettre

La suite sur www.AudioTexteVideo.com