Chapitre 7 – Le cocker américain

CHAPITRE 7

 

LE COCKER AMÉRICAIN

 

Cousin récent du cocker anglais, mais bien meilleur dans son rôle de chien de compagnie, il y a le cocker américain.

II faut savoir que les Américains, pour essayer de se faire pardonner la mainmise qu’ils ont établie sur le reste du monde, se font quelquefois passer pour de doux agneaux. Le cocker américain en est la preuve la plus flagrante, car il s’est agi tout simplement, pour les amateurs américains de coc­kers, de créer un animal absolument doux à vivre.

Melankolan Meedio

Historique

En 1873, les Britanniques fondent le Kennel club. L’American kennel club est déclaré en 1884, mais l’American spaniel club avait été créé le 15 février 1881, par l’américain Watson et le cana­dien Mac Douglas !

Ici encore notre épagneul avait ouvert la voie. Au début, rappelons-nous, le cocker était le plus petit des épagneuls : dès qu’il dépassait le poids autorisé il était considéré comme field spa­niel.

Les Américains établirent donc deux standards différents, l’un pour le cocker spaniel, l’autre pour le field spaniel. Le cocker devait avoir la construction la plus carrée possible. Il fallait que ces animaux fussent hauts et courts.

Dès 1884, à sa fondation, l’American kennel club, le pendant américain du Kennel club anglais et de la Société centrale cani­ne française, décida de gérer à part les field spaniels et les coc­kers spaniels.

On établit dès cette époque des titres de champions pour cha­cune des variétés. En 1907 les deux variétés, cocker et spaniel, devinrent tellement différentes les unes des autres que l’American kennel club entreprit de les gérer dans deux livres des origines.

En 1936, pour la première fois, le cocker devint le premier chien inscrit en nombre sur les registres de l’American kennel club, avec 12 714 animaux. Pendant dix-sept années à la file, notre ami resta le numéro un du top 10 des chiens américains.

En 1947, le cocker était la première race Outre-atlantique, avec près de 30% des inscriptions au registre des origines, soit 78 500 déclarations de naissances. Evidemment, de la même manière que cela s’était déjà produit sur le vieux continent, le coc­ker américain devint beaucoup plus haut et beaucoup plus lourd que le cocker d’origine de Mr Farrow.

Les deux fondateurs de l’American spaniel club, Mac Douglas et Watson, furent rejoints dans l’historique de la race par madame Dodge, laquelle, aux environs de 1940, parvint à faire admettre à l’American kennel club l’existence de deux types, le type anglais, dont elle était éleveuse, et le type américain, d’ailleurs plus moderne, plus particulièrement destiné aux expositions.

C’est en 1943 que l’American spaniel club adopta le standard de l’american cocker. Le standard connut quelques variations en 1947, en 1972, en 1982 et en 1992.

Dès sa création, le cocker américain devint le chouchou des foyers en Amérique du Nord. De 1986 à 1990, il compta même le plus grand nombre de naissances aux USA, passant de 98 330 en 1986 à 105 642 en 1990, après être allé jusqu’à une pointe à 1 I 1636 naissances déclarées en un an, en 1989.

C’est le fameux Red Brucie, qui, à l’instar du fameux Obo pour le cocker anglais, peut être considéré comme

La suite sur www.AudioTexteVideo.com